La dernière fois que j’ai dû choisir une tenue pour un premier RDV…

 

La dernière fois que j’ai dû choisir une tenue pour un premier RDV j’ai frôlé la crise de nerfs, je me suis descendue 2 verres de Chardonnay à jeun et je me suis fais arrêter en bagnole par les flics à 500 mètres de chez moi. Ce n’est que devant ma tête de cocker pathétique ET mon caducée de sage-femme (vous découvrirez plus tard que “sage-femme” est un titre qui me va aussi mal que le orange) que l’agent a consenti à me laisser repartir à pieds sans PV.

Mais bref, ce soir je me suis organisée, je n’ai pas acheté de vin et j’ai prévu 3h : Une pour le bain, une pour le maquillage et coiffage et une pour le choix de la tenue. Et là, je réalise que j’aurais dû commencer par ça, parce qu’au lieu de me préparer tranquillement, j’ai passé mon temps à faire l’inventaire de mon dressing dans ma tête et à me mutiler les jambes en me rasant dans mon bain pour aller plus vite ! Ma cousine Louise me conseille une petite robe noire et mon amie Charlotte, un jean et des talons. Moi, l’œil vide, je suis en train de regarder mes sous-vêtements (je les avais oublié ceux-là) et de me dire qu’il faut aussi trouver les bonnes chaussures !

Lucie1_2

Je fais partie de ces femmes pour qui la pression d’un premier rdv est ingérable, dans mon métier je fais preuve d’un sang froid de couleuvre, mais là tout de suite, je suis une ado de 15 ans à un concert de ONE DIRECTION, je perds toute ma raison, mon bon sens et ma mémoire, ce qui me rapproche dangereusement de mon poisson rouge : “Findus”. Bref, 45 min plus tard je fonce vers le placard à chaussures de mon entrée, habillée, coiffée, maquillée, mais nue pieds, et là …

Aïeeeeeeee ! Comment, se cogner un orteil peut-il faire mal au point que la douleur irradie jusqu’au cœur ? Quand on a le cœur brisé on a pas mal aux pieds à ce que je sache ! Je sautille à cloche pieds en me demandant s’il y a un mystérieux nerf entre ces deux parties de mon anatomie… Je regarderai sur Google en rentrant !

Lucie_orteil

La suite au prochain épisode 🙂 Pensez à vous abonner !

Mon rencard commence mal …

19h45, pour une fois il y a des sièges libres sur ma ligne (oui le métro reste le choix le plus prudent …) mais je reste debout, cramponnée à la barre. Les pansements Mickey collés à la va vite sur mes mollets rasés ont décidé pour moi que je porterai un jean … trop petit pour moi (orgueil, quand tu nous tiens), impossible donc de m’asseoir sans risquer de tout faire exploser !    J’ai mis un débardeur blanc assez long et j’ai déjà anticipé de déboutonner mon jean discrètement juste avant de m’asseoir à table au restaurant. Je cherche encore comment faire pour le refermer si je dois me lever pour aller aux toilettes. Je ne vais rien boire tient, voilà, c’est réglé.

lucie-metro (1)

Ça c’est la théorie … Je me connais, l’alcool est mon ami, ça a commencé le jour où mon père m’a fait goûter une de ses bouteilles planquées, j’ai adoré la sensation à la fois douce et forte de ce vin d’exception dans ma gorge. Depuis, je bois rarement, mais quand je commence je ne trouve aucune bonne raison de m’arrêter !

Bref, je ne sais pas vous mais moi, je n’aime pas du tout arriver la première à un RDV, c’est triste une femme que l’on n’attend pas. Donc, bien qu’il soit 20h00 passées de 3 min, Je suis au Monoprix en face du resto à faire semblant de me concentrer sur le choix d’un légume …Si le vigil me voit, il va se demander qui est la folle lubrique qui caresse une courgette en regardant dehors depuis 5 min – en même temps son avis m’importe peu, quoi que, il n’est pas mal dans son genre !

A 20h10 je ne l’ai toujours pas vu arriver. Et s’il était déjà entré ? Bon, j’y vais.  Je prends tout mon temps pour partir du magasin et comme je suis incapable de sortir d’un supermarché les mains vides – j’ai l’impression que tout le monde croit que j’ai volé un truc –, j’achète une chose banale comme un programme TV, fort utile puisque je n’ai pas… de TV. J’attends que le feu passe au vert pour les voitures au passage piétons ; oui, c’est un peu de temps de gagné (ou de perdu, ça dépend du point de vue), et je fais enfin mon entrée… Dans un restaurant vide !

lucie_table_depite

La suite au prochain épisode, pensez à vous abonner pour ne rien manquer 🙂

« Putes et capotes »

Me voici seule à une table de deux, tout se passe donc comme prévu … Mal.

Une minute plus tard Hugo passe la porte, voilà, à une minute près j’étais une femme désirable, merde.

Il n’a pas du tout le même look qu’à la soirée de Louise, en même temps je m’attendais à quoi, nous étions déguisés, il n’allait pas débarquer en pénis géant !?

Arrêtons-nous là-dessus une minute d’ailleurs, quelle personne saine d’esprit serait attirée par un homme déguisé en pénis géant alors qu’il y en avait un cowboy, un pirate et même un spider man qui se confessait à un prêtre? Je veux dire, à part moi ?!

A bien y réfléchir, c’est ce soir-là que tout a basculé, enfin, basculé, s’est empiré devrais-je dire ! J’aurais dû être déguisée en fée, facile je sais, mais efficace, le destin (la boutique de déguisement surtout) en a décidé autrement, j’ai donc dû improviser avec les moyens du bord, je me suis dit qu’un déguisement de femme de petite vertu serait drôle, mais ça n’a fait rire que moi, et encore, jusqu’à ce que je monte dans un taxi et que le chauffeur regarde bizarrement mes cheveux crêpés, mon maquillage ultra coloré et mes bas résilles, car même si mon manteau cachait le reste, croyez moi, j’étais voyante comme un lampadaire dans une rue sombre.

Louise m’avait dit mot pour mot « Eric (mon ex) sera là, c’est le moment ou jamais de lui en foutre plein la vue ! », tu parles, J’avais tellement forcé le trait qu’on aurait dit un travelo sortie du bois de Boulogne !

Eric était bien là en effet, déguisé en César, beau, souriant et bronzé, mais celle que nous n’attendions pas, c’est Cléopâtre ! Je vous passe les détails sur leur parfaite harmonie, sa beauté et son, arghhh ça me tue de le dire mais, son amabilité !

Vous allez dire que j’ai tendance à tout gérer à coup d’alcool mais je vous prie de croire qu’à cet instant-là, le bar semblait être mon meilleur allié, 1h00 après j’étais raide, et mon déguisement avait pris toute sa « splendeur », rimmel coulant, cheveux tombants et haleine de poney, bref, une apparition … Et que manquait il à ce tableau réjouissant ? Eh bien oui, un pénis géant ! Outre le fait que je ne voyais que son visage et qu’il se déplaçait comme un pingouin, il semblait bien allumé lui aussi et c’est bien connu « qui se ressemble s’assemble », c’est donc tout naturellement que nous nous sommes retrouvés à discuter « pute et capote », gracieusement accoudés au bar.

prince-3

Ne me demandez pas comment nous en sommes venus à échanger nos numéros, dans mon esprit embrumé, la fin de cette soirée est aussi claire qu’une cave. Ce que je sais en revanche, c’est que j’ai dû être drôle et que mon costume à du lui plaire puisque le lendemain j’avais un sms signé d’un certain Hugo me disant qu’une fille « amusante et facile » c’était presque trop beau.

La suite au prochain épisode, pensez en vous abonner en cliquant sur « SUIVRE » en bas à droite de l’écran 🙂

Hugo panse bobo …

Mais, revenons à nos moutons, il est là, face à moi, confus pour son retard, plein de charme, bien habillé, aimable, et il semble content de découvrir la « véritable » Anna. Alors que demande le peuple ? Et bien justement, le peuple demande… Eric. Oui c’est con, c’est cliché, mais c’est à lui que je pense, et si j’ai accepté ce rencard, c’est avec l’idée qu’un « clou en chasse un autre ». Dans mon plan, il faut que je tombe amoureuse de ce mec et oublie donc Eric. C’est imparable non ?    

Lucie_annaethugo_atable2

Hugo vient de commander une bouteille de bon vin., Or bon vin = moi n’y résistant pas = moi devant me lever pour aller faire pipi = moi n’arrivant pas à refermer le bouton de mon jean discrètement = mon débardeur bizarrement déformé par les pans ouverts du jean qui crient à Hugo « hey t’as vu, elle triche ! »

-Tu te souviens de la soirée Hugo?

-Oh que oui ! (Sourire qui ne me rassure pas du tout …)

– Ah ?

-Et oui (clin d’œil qui me rassure encore moins !).

-Arrête ton char Ben Hur, tu ne vas pas me faire croire qu’avec ce qu’on s’est mis tu te souviens de tout ? Si ?

– Si …

– Et merde …

Il me sert en vin et je note qu’il le fait après s’être servi lui-même. Deux raisons sont alors envisageables :

1 : Il sait que la bienséance veut que l’homme se serve en premier pour verser dans son verre les éventuelles particules de bouchon.

2 : C’est un sale con (pour faire court).

Ma mère lit Nadine de Rothschild …

amamnlucie (1)

Je lève mon verre en prenant mon temps, je cherche au fond de ma tête une manière de trinquer à la fois spirituelle et élégante – , ce dernier point n’étant pas mon fort, je suis plutôt du genre « il est frais mon maquereaux, 3€ le kilo avec ou sans os ! ». Je me fais alors allègrement doublé par lui – il a du préparer son coup ce matin – qui lance un « à l’amour, la vie et le vin, le reste n’étant que détails d’intendance ! » Pas mal, j’aurais pu faire mieux avec 12h devant moi !…

La suite au prochain épisode, pensez à cliquer sur « SUIVRE » pour ne rien rater 🙂

Moi, les serveuses et la bouffe …

La serveuse, canon. Arf les jolies serveuses !

Lucie-restaurant

Je pourrais y consacrer un chapitre, mais pour faire concis : A part un patron moustachu, qui croit qu’un joli cul amène plus de clients ? Qui aurait l’idée d’embaucher une jolie nénette ? C’est très idiot quand on y réfléchi ! Elles sont plus chiantes (elles se croient tout permis), elles sont plus lentes (ça prend du temps de faire 3 pas sur 12 cm de talons ) et elles sont LA raison qui fait que Madame préfèrera un autre resto pour ne pas prendre le risque de tenter Monsieur !- Bref, je disais, la serveuse canon apporte les cartes et nous énonce fièrement le menu du jour, de tête en se disant sûrement « putain j’assure, j’ai tout bien retenu, cours Florent me voici ! »

Je fais semblant de choisir, mais je sais déjà à peu près ce que je vais commander, ou plutôt, ne pas commander : salade verte (bonjour les dents ), spaghettis bolo (bonjour les tâches), flageolets et autres pois chiches (si si, réfléchissez), abats (pas sexe), hamburger maison (à moins de vouloir montrer vos capacités buccales), consommés et autres potage (bonjour les bruits de bouche). Il me reste donc le choix entre l’entrecôte (ma copine) et le plat végétarien (sans commentaire). Pourquoi il me regarde comme ça ? C’est louche, je dois avoir un truc de travers …

– Tu es ravissante Anna.

– Merci, hihihihi (oui oui, ce rire débile là …)

Je bois une gorgée pour me redonner de la contenance et… j’avale de travers. Putain, mais c’est pas vrai, j’ai dû faire un truc très très moche dans une autre vie, genre tuer Bambi, au minimum !

lucieetouffee

Le pire étant que j’essaie de parler pour cacher mon étouffade, je tousse donc de plus belle, RI-DI-CULE !  Il me passe sa serviette et je continue de cracher mes poumons dedans, j’ai les yeux qui pleurent (putain mon Rimmel, ! faut que j’arrête avec “putain”), et lui il me regarde l’air inquiet… mais est-ce une inquiétude du genre « oh mon Dieu, va-t-elle s’en sortir ? » ou «  Oh mon Dieu, comment m’en sortir ?! »

La suite au prochain épisode 🙂

Le rêve, et la réalité …

Nos plats arrivent au moment où j’arrive à reprendre figure humaine et je saute sur l’occasion

pour lui poser une question gênante histoire de rééquilibrer le malaise.

– Tu viens souvent ici, je veux dire, tu es déjà venu avec une ex ?

– Non, je cherchais un resto sympa pas trop loin de chez toi et direct en Métro, tu m’as

dit que tu n’aimais pas les correspondances (sourire à tomber)

Je veux mourir, redonnez moi du vin que je m’étouffe pour de bon ! Argghhhh ! Je suis conne ou quoi ?

– Ha, hum, ha, oui, c’est adorable de ta part, mais, je t’ai dit où je vivais ?

– Oui …

– Heu, pourquoi ?

– Tu voulais que je te raccompagne et vienne boire un dernier verre.

– Hahahahahah, l’alcool, haahhahahah !

Pathétique …

Une heure plus tard – je dis ça au hasard je n’ai aucune idée du temps qui passe je suis comme aspirée dans un vortex temporel – je trouve le courage (assez d’alcool dans mon sang) pour oser aller au WC, je me fends d’un « je vais me repoudrer le nez » très classe, et gâche tout avec un « sinon je vais éternuer dans ma culotte » …

Je me lève donc en tirant sur mon pull, me contorsionnant pour ne pas qu’il découvre le pot aux roses, mais le résultat est catastrophique, on me dirait prise d’un mal étrange me poussant à faire des mouvements incontrôlables, lui, me regarde avec un mélange de « cette fille est folle » et de « cette fille m’excite », pourvu qu’il reste sur sa dernière impression !

lucie_anna_nappe.jpg

 

A mon retour je le découvre jouant avec son Smartphone et la première idée qui me vient est «  il raconte son horrible soirée à un pote », mais non, quand je m’assois il me tend son téléphone avec un sourire d’enfant en disant « regarde ce qu’on m’a envoyé sur Face Book ! » (il a donc FB, dès ce soir je vais analyser et décortiquer toutes sa vie … ) et je découvre la vidéo d’un chat qui marche au plafond d’une chambre, accroché toutes griffes dehors à la moquette (oui il existe des gens-en Franche Comté je crois- qui ont de la moquette au plafond), à ce moment-là dans mon esprit, tout va très vite (enfin c’est l’impression que j’en ai), si ce mec aime ce genre de vidéo c’est forcément un type bien, les gens qui aiment les animaux sont de bonnes personnes, les gens qui aiment les chats, encore plus ! Ou alors, ça le fait rire mais il se fout du chat ?

lucie1-5.jpg

– Tu aimes les chats ?

– Beaucoup, j’en ai toujours eu, ils m’apaisent et m’inspirent !

Anna – Ah oui, que t’inspirent ils ?

Hugo- Je n’écris jamais une ligne sans mon chat à mes côtés.

Et tout à coup ça me frappe, je ne connais rien de cet homme, je dîne avec un homme dont je ne sais rien et à qui je n’allais rien demander !

Il faut que je vois Eric !

 

La suite au prochain épisode …

ERIC …


lucie_bar.jpg

  • AH , Eric! Quelqu’un pense à toi !
  • Comment ça ?
  • Ben, oui, tu as les oreilles qui sifflent, quelqu’un pense à toi, tu vis dans une grotte ou quoi, tout le monde sais ça ?! Je dirais plutôt, « quelqu’UNE pense à toi » d’ailleurs, si tu vois c’que j’veux dire …
  • Mrghhhhhfff … Ressers moi plutôt une pinte, je te rappelle que tu es barman Manu, pas voyante !
  • Ouh, joyeuse humeur à ce que je vois, tu paieras celle-là, car la maison n’offre qu’aux amis au pelage soyeux …

Il n’a pas tort, il faut que je me calme … Une cigarette, oui, c’est ça qu’il me faut !

  • Manu, t’as une cigarette pour ton meilleur ami ? Pardon mec, j’suis pas encore sorti de ma réunion pourrie de tout à l’heure.
  • J’en ai une oui …
  • Tu me la donnes ?
  • Non.

     –      En fait tu es le sbire d’Anna c’est ça ?

  • Non, je suis son ami, votre ami d’ailleurs, mais pardon, elle est plus convaincante (flippante) que toi, tu as arrêté pour elle, que tu ne sois plus avec elle ne veut pas dire que tu dois redevenir celui que tu étais avant, crois moi, on a gagné au change …
  • Je sais, je sais, vous pensez tous qu’Anna est ce qui m’est arrivé de mieux, mais dois je te rappeler le nombre de fois ou tu m’as ouvert ta porte après un de ses nombreux mélodrames ?
  • Non, ma cafetière souffre encore, 3 cafés avant 8h, elle n’avait pas le niveau la pauvre !

Anna, Anna, Anna, ils n’ont que ce prénom à la bouche, même ma mère qui mordait toutes celles qui m’approchaient me demande encore si je vais lui présenter des excuses ! Je ne sais même pas de quoi je devrais m’excuser, ses reproches changeaient avec les saisons !

Il va vraiment falloir que je fasse gaffe d’ailleurs, Laure a parfaitement vu que je regardais un peu trop vers Anna à l’anniversaire de Charlotte … Anna … J’adore son côté décalé et fragile, il n’y a qu’elle pour venir déguisée en pute et rendre ça émouvant … Mais au fait, qui était ce type au bar avec elle, je ne l’avais ja …

  • Eric ?
  • Quoi ?
  • Tu es toujours là ou tu as quitté notre dimension pour aller vagabonder du côté d’un zizi géant en plastique ?

eric-bite.jpg

  • Manu, tu sais que tu me fais flipper parfois ? Sors de ma tête !
  • Je suis empathique cher ami, et aussi perspicace, mais sur ce coup là, je n’ai eu à utiliser aucune de ces qualités, tu es un livre ouvert, totalement déconnecté depuis la fête de Charlotte !
  • Tu le connais toi ce mec ?
  • Pas vraiment, je crois qu’il travaille avec Louise à l’agence d’archi.
  • Il est beau ?
  • Heu, tu l’as aussi bien vu que moi non ?
  • Oui mais, enfin tu vois quoi !
  • Ah, nous y voilà, un hétéro ne peut pas dire si mec est beau, mais Manu l’homo si, c’est ça ?
  • Ben oui, c’est ça en fait, je me trompe ?
  • Non, en fait pas totalement, hahahahhahahh !
  • Hahhahahah, t’es con ! Manu, je suis dans une merde noire …
  • Non, pas vraiment, tout est très simple, tu aimes Anna, tu la connais, tu sais comment est la vie avec elle, tu sais ce que tu gagnes comme ce que tu perds, tu as tous les éléments pour prendre une décision judicieuse.
  • En quelle année as tu commencé à être la voix de la sagesse et moi le disciple ignorant ?
  • Tu veux dire, en quelle année ne l’ai je pas été plutôt non ?
  • Tout juste, bon je rentre, j’ai encore un peu de travail.
  • Ha, un élément que j’avais oublié, es tu prêt à mettre la pédale douce côté pro pour Anna ?
  • Honnêtement, je ne sais pas …
  • Allez file, on se voit jeudi à la pendaison de crémaillère de Louise, be on time, si tu vois ce que je veux dire.
  • Mmmmmmm.
  • Et marche un peu, tu as besoin de respirer, tu as un mine de chiotte, ne me remercie pas !

Taxi, HEY !!!

      – 45 rue Gay Lussac svp !

Quelle heure peut il bien être, et où est mon téléphone ?

Non, non, non, non, non pas ça ! Laure ! 4 appels en absence, la soirée « DVD» ! je vais me faire assassiner, sûrement lentement et douloureusement, c’est la seconde fois en 15 jours que je lui pose un lapin  !

      • Hé Monsieur, demi tour, direction le 11 ème 

 

A suivre … 🙂